Sapeurs Pompiers de Chateauneuf du Faou

164

la vie d'Chateau

Sapeurs Pompiers de Châteauneuf



La couverture des risques


Le SDACR

Elaboré conformément à l’article L 1424-7 du code général des collectivités territoriales (CGCT), sous l’autorité du préfet, le schéma départemental d’analyse et de couverture des risques (SDACR) dresse l’inventaire des risques de toute nature pour la sécurité des personnes et des biens auxquels doivent faire face les services d’incendie et de secours dans le département, et détermine les objectifs de couverture de ces risques par ceux-ci ».

Il justifie ainsi l'organisation territoriale du SDIS, légitime le règlement opérationnel et conduit à la réalisation des plans d'équipement, de recrutement, de formation et d'implantations nécessaires.
Le SDACR est abordé à travers deux parties distinctes :
- une étude des risques, dits « courants » qui représentent la grosse majorité de l’activité du SDIS,
- une étude des risques, dits « particuliers » (ex: risques naturels (ex:inondations...), technologique (ex:SEVESO...), liés aux transports, etc.)




Les risques naturels, technologiques et les sites répertoriés.


Les risques courants

De gravité faible mais en nombre important, les risques courants correspondent à la plus grosse majorité des interventions des sapeurs pompiers.

Ils relèvent pour l’essentiel de l’activité humaine et sont globalement en rapport avec l’importance de la population.
Les moyens utilisés pour y faire face à l'instant "T", correspondent à un faible nombre de véhicules et personnels d’une technicité courante.
Les risques courants sont classifiés en quatre catégories :
- Le risque « secours à personnes »
- Le risque « accident voie publique »
- Le risque « incendie »
- Le risque « opérations diverses »



Les risques particuliers

Un risque est dit particulier, lorsqu'il est susceptible de provoquer un accident grave, majeur ou catastrophique.

Ils sont peu fréquents mais avec occasionnent des conséquences très importantes sur la population, les biens et/ou l'environnement.
Les risques particuliers du Finistère sont les suivants:
- risques naturels (inondations, feux de forêts, tempêtes...)
- risques technologiques (site SEVESO, dépots de gaz, d'explosifs, silos de stockages de céréales...)
- risques de transports (routier, maritime, aérien, ferroviaire)
- risques batimentaires (Etablissements recevant du public, patrimoine historique...)
- risques sociaux (grands rassemblements, déminage...)
- sites à risques (falaises, sites portuaires, grandes villes...)




Dispositif ORSEC

La protection des populations compte parmi les missions essentielles des pouvoirs publics et constitue le cœur de toute politique de sécurité civile.
Le dispositif général "ORSEC", Organisation de Réponse de la Sécurité Civile, doit permettre de traiter les conséquences de tout type d'évènement, d’impliquer l'ensemble des acteurs publics et privés nécessaires, d’être un outil pratique et opérationnel permettant à chacun de s'organiser, de préparer et de s'entraîner à la gestion de situation d'urgence.

L'acronyme ORSEC est complété soit par la désignation de la fonctionnalité (secours à de nombreuses victimes, hébergement...), soit du risque traité (inondation, glissement de terrain, accident ferroviaire...).
Le plan ORSEC national a été supprimé et remplacé par les suivants:
- Plan ORSEC zonal (décidé par le préfet de zone de défense et de sécurité)
- Plan ORSEC départemental (décidé par le Préfet de département)
- Plan ORSEC maritime (décidé par le Préfet maritime)
- Plan communal de sauvegarde (décidé par le maire d'une commune).


le plan ORSEC départemental détermine, compte tenu des risques existant dans le département, l’organisation générale des secours et recense l’ensemble des moyens publics et privés susceptibles d’être mis en œuvre. Celui-ci relève de la compétence du Préfet du Finistère.
Le département du Finistère est moins exposé aux risques que la moyenne nationale. Sur les 283 communes finistériennes, 75 sont classées à risques naturels ou technologiques. 6 Finistériens sur 10 résident dans une commune classée en risque technologique ou naturel.
Les Finistériens sont principalement concernés par les risques d'inondations, de mouvements de terrain et par les risques industriels et nucléaires.
Le Finistère est soumis à des risques distingués selon leur nature :
· les risques naturels,
· les risques technologiques,
· les risques sanitaires,
· les risques liés aux transports,
· les risques liés aux bâtiments,
· les risques sociétaux.

Exemple d'un plan ORSEC: le plan ORSEC SNV

Le plan ORSEC SNV, pour Organisation de Réponse de la Sécurité Civile d'une situation de Secours avec Nombreuses Victimes, a pour objet de déterminer d’une part les procédures d’urgence à engager en vue de remédier aux conséquences d’un événement catastrophique entraînant ou pouvant entraîner de nombreuses victimes et d’autre part les moyens, notamment médicaux, à affecter à cette mission.
Le plan ORSEC SNV peut être complété par un autre dispositif en rapport avec celui-ci (ex: ORSEC TMD, Transport de Matières Dangereuses)
Le plan ORSEC SNV repose sur 3 principes :
- soustraire les victimes au milieu hostile ;
- assurer la prise en charge des victimes ;
- mobiliser les moyens départementaux.
Bien entendu, parallèlement, la lutte contre le sinistre initial est engagé.





PPI et PSS

Le PPI, Plan Particulier d'Intervention, est un dispositif local défini en France pour protéger les populations, les biens et l'environnement, pour faire face aux risques particuliers liés à l'existence d'une ou de plusieurs installations industrielles.

Le terme désigne également le document qui définit le dispositif. Celui-ci définit les moyens de secours mis en oeuvre et leurs modalités de gestion en cas d'accident dont les conséquences dépassent l'enceinte de l'installation à risques concernée. Il constitue un volet du dispositif ORSEC départemental. Les PPI sont approuvés par l'autorité préfectorale et font l'objet d'actualisations régulières. Ils sont complétés par des documents d'informations du public (brochures) précisent la nature des risques et les conduites à tenir en cas d'alerte.

Exemple aux alentours proches de Châteauneuf du Faou:
- Société MAXAM - Plonévez du Faou:
Activité: Stockage et distribution d'explosif à usage civil / Seveso II
Quantité potentiellement présente: 64 tonnes.



Les PSS, Plan de Secours Spécialisés, sont établis pour faire face aux risques technologiques qui n'ont pas fait l'objet d'un plan particulier d'intervention ou aux risques liés à un accident ou à un sinistre de nature à porter atteinte à la vie ou à l'intégrité des personnes, aux biens ou à l'environnement.

Pour chaque type de risque particulier, le plan de secours spécialisé est préparé par le préfet en liaison avec les services et les organismes dont les moyens peuvent être mis en oeuvre.

Exemple aux alentours proches de Châteauneuf du Faou:
Centre de production thermique ERDF – BRENNILIS / Actuellement en démentellement




PER

Les Plans d'Etablissements Répertoriés sont réalisés pour permettre aux sapeurs pompiers intervenants sur un site ou un établissement pour lequel existe un risque rendant insuffisant les moyens classiques d’intervention.

Les établissements concernés, sont soit des ERP (Etablissements Recevant du Public), soit des établissements faisant l'objet d'un plan d'urgence, soit des établissements industriels, dépôts...
Plusieurs facteurs sont pris en compte:
- Présentation de l’établissement,
- Itinéraires,
- Identification du risque,
- Points d’eau – ressources,
- Fiches réflexes – consignes,
- Réseaux divers.

Ils sont réalisés à partir :
- de vues aériennes renseignées,
- de plans de masse,


Exemple à Châteauneuf du Faou:
- Etablissement Socopa/Bigard Viande - Chateauneuf du Faou:
Activité de découpe et de conditionnement de la viande de porc
Présence de 8.4 Tonnes de NH3 (ammoniac)